Festival BACH de lausanne
Baroque Academy

Commentaire personnel de François Joubert-Caillet

L’Europe du début du XVIIIème siècle bouillonne de courants esthétiques aux origines et aux couleurs très variées : Marin Marais est l’un des musiciens les plus emblématiques du Siècle d’Or français, il entre au service de Louis XIV à peine âgé de 23 ans, devenant son joueur de viole favori : progressivement, le jeune Marais va être convié à divertir le Roy jouant de la viole aussi bien à la Cour que dans la confidence de sa chambre à coucher. Pendant une quarantaine d’années, Marin Marais va ainsi servir et côtoyer de près le roi le plus puissant d’Europe, jouer devant les plus grands princes mais aussi assister aux moments les plus secrets du souverain.Louis XIV aime danser depuis son plus jeune âge, mais également se mettre en scène dans des Ballets : les Pièces de Viole que Marin Marais compose pour le Roy Soleil sont des Suites de danses à la française (Allemande, Courante, Sarabande, Gigue, Menuet, Gavotte, etc) à l’intérieur desquelles il glisse parfois des Pièces de Caractères (portraits musicaux ou pièces descriptives dans le goût théâtral). La musique de Marin Marais est à la fois emprunte de la grandeur du Classicisme français, d’une élégance extrême et d’une puissance toute divine, mais aussi d’une intériorité et d’une profonde douceur.

Johann Sebastian Bach s’inspire de ce style et de la Suite de danses française dans nombreuses de ses oeuvres, mais il les adapte à sa manière, dans une perpétuelle envie d’accorder les identités et les inventions de ses voisins à son propre environnement, créant ainsi une musique toute particulière, unique.

L’art de la transcription fut largement pratiqué pendant la période dite baroque et Johann Sebastian Bach lui-même ne manqua pas d’arranger ses propres oeuvres ainsi que celles d’autres compositeurs selon ses nécessités et ses envies. Ce programme fait entendre quelques bijoux de l’Ange Marais avec une adaptation de la BWV 1004 pour la viole de gambe, faisant entendre ainsi les racines françaises de ce sommet de la littérature baroque.

François Joubert-Caillet

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus