Festival BACH de lausanne
Baroque Academy

Commentaire personnel de Christophe Rousset

La fréquentation de Bach pour un claveciniste est une évidence, c’est un peu comme son ABC, on le travaille toute sa vie au clavecin et je continue encore, qui reste encore dans mon quotidien. Il y a une connaissance très intime et dans la fibre de ce compositeur. L’aborder dans ses oeuvres orchestrales et chorales est une sorte de conséquence très logique comme pour un claveciniste d’aborder Rameau, c’est un peu la même façon de “passer à la vitesse supérieure” dans une dimension plus grandiose et plus colorée, mais au fond on parle le même langage. J’ai déjà dirigé la St Jean et je suis très content de la retrouver, en plus dans une situation scénique qui va en déranger plus d’un et peut-être même moi en premier lieu car le choeur et les solistes seront souvent dans mon dos ce qui n’est pas confortable… Il y a la version de concert du Magnificat et de l’Oratorio de Pâques, ces oeuvres extrêmement connues et qui pour moi donnent lieu à une lecture très authentique parce que ce sont des oeuvres que je n’ai pas abordées jusqu’à maintenant et pour moi c’est de la création mondiale, j’aborde ça comme si elles n’avaient jamais été jouées à notre époque moderne.”

 

Face à de tels monuments on se sent pas spécialement intimidé. Je me sens plutôt à la maison, comme ce que je viens de dire par rapport à la connaissance de ce répertoire-là par le clavecin et une expression plus intime de Bach. Je me sens confiant et je crois qu’avec Les Talens on a un orchestre qui est très ductile et adaptable aux différents types de répertoire, qui soit un répertoire connu ou non, l’orchestre est très ductile, parfois un peu résistant aux premiers moments, mais c’est comme le public, il faut les convaincre. Après le premier filtre du rejet, il y a aussi l’appropriation et c’est plus facile de s’approprier du Bach car on le connait par coeur, mais c’est ce que j’apprécie beaucoup avec Les Talens Lyriques c’est cette possibilité de défendre avec énormément de conviction du Salieri, du Legrenzi, qui sont parfois des compositeurs que les musiciens ont un peu de mal à apprivoiser au début.”

 

Bach est universel mais avant tout allemand. C’est le véhicule de la spiritualité allemande puisqu’il n’a pratiquement pas écrit de musique profane, il y a essentiellement chez lui la figure du cantor, du maître de chapelle qui écrit sa petite cantate du dimanche, passe son temps à l’église, joue de l’orgue, qui mène sa vie comme un bon chrétien, malgré les accès de violence qui ont pu exister et l’ont parfois mené au poste. Il était quelqu’un qui avant tout avait ce regard vers le haut, la transcendance et toute sa musique en est baignée. C’est certes un génie religieux, mais essentiellement luthérien avec cette espèce de rigueur, il y a quelques petites pointes de piétisme et d’humanité mises en avant, mais c’est avant tout le choral, le choral figuré, le choral mis en musique, le choral ornementé, c’est la base même de son expression. C’est une espèce d’austérité absolue, la fugue, c’est à dire une construction mentale. C’est exactement l’Allemagne telle qu’on la conçoit vue de France, c’est avant tout cette espèce de rigueur et de construction. Bach en est vraiment le fleuron le plus représentatif.

 

C’est une musique très idéale, moins liée à l’époque que beaucoup de ses contemporains et il y a du coup quelque chose de très abstrait qui fait qu’elle est plus recevable par un public qui n’a pas la culture qui va avec un Rameau ou un Monteverdi. C’est en ça qu’elle est universelle, car elle est plus abstraite. Mais c’est une musique d’une complexité inouïe et pour le grand public qu’on pourrait dire global, c’est aussi rester à la surface de ce répertoire, certainement pas le visiter dans sa fibre la plus profonde. C’est une musique d’une immense complexité dont on a rarement fait le tour.”

 

Christophe Rousset – mai 2019

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus