Festival BACH de lausanne
Baroque Academy

Commentaire personnel

ENGLISH CONSORT MUSIC
Trésors musicaux des prédécesseurs anglais de Bach
Par Laurence Dreyfus

C’est un plaisir particulier de présenter, dans le cadre d’un festival consacré à J.S. Bach, un échantillon des plus grands chefs-d’œuvre du répertoire de base d’un consort de violes originaire de l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles. Cette musique densément polyphonique – ancêtres des œuvres fuguées et canoniques de Bach – entretient une relation tangentielle mais fascinante avec le Cantor de St. Thomas, non pas tant par des similitudes stylistiques directes que par une affinité des mentalités musicales. Comme Bach, les compositeurs du consort anglais considéraient la musique contrapuntique complexe comme une révélation divine, mais aussi comme un espace d’exploration inventive et même d’expérimentation audacieuse. Tout comme Bach s’adonne à la composition “à contre-courant”, les Anglais excentriques de notre programme excellent dans une quête sans fin de beauté musicale et d’expressivité nouvelle.

Notre interprétation :

La tradition de la musique de consort anglaise commence réellement avec Christopher Tye qui a composé quelque 23 In Nomines sur un plain-chant qui a ouvert la voie en Angleterre à la musique de chambre autonome pour instruments, radicalement différente des modèles vocaux contemporains. Faire ressortir les éléments lyriques et dansants est un élément clé de l’approche de Phantasm à l’égard de ce répertoire qui se termine effectivement à l’été 1680, lorsque Henry Purcell, âgé de 20 ans, écrit ses magnifiques fantaisies et In Nomines.  Un engagement envers la polyphonie la plus pure est facilement perceptible dans les œuvres de tous les compositeurs de notre programme, qui progresse chronologiquement dans la tradition du consort. Pour les auditeurs d’un festival Bach, ce qui est frappant, c’est la façon dont le contrepoint et le traitement des dissonances dans les œuvres anglaises peuvent être si facilement saisis et compris, même si la musique est composée dans un idiome harmonique quelque peu antérieur. Dans ce programme, j’ai choisi des œuvres qui offrent – tout comme les œuvres fuguées de Bach – une fenêtre sur le monde de l’âme, avec ses caprices et sa pléthore de caractères.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus