Festival BACH de lausanne
Baroque Academy
Huelgas Ensemble 2 credit to Luk Van Eeckhout Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel © Melle Meivogel Paul Van Nevel
Huelgas Ensemble © Melle Meivogel Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel 2 Paul Van Nevel
smallAxelle Bernage- credit to Luk Van Eeckhout Axelle Bernage
small_Jessica Jans Jessica Jans
small_Michaela Riener_credit to Alidoor Dellafaille Michaela Riener
smallHelen Cassano copy Helen Cassano
smallAchim Schultz3 Achim Schultz
smallBernd Oliver Frooehlich-credit to Luk Van Eeckhout Bernd Oliver Fröhlich
small_Matthew Vine_credit to Luk Van Eeckhout Matthew Vine
smallJoel Frederiksen 1 Joel Frederiksen
Guillaume Olry Guillaume Olry
small_Lies Wyers_credit to Luk Van Eeckhout Lies Wyers
smallBart Coen Bart Coen
Silke Jacobsen Silke Jacobsen
small_Peter De Clercq_credit to Luk Van Eeckhout Peter De Clercq
Huelgas Ensemble 3 credit to DG Art Projects Warsaw/Philharmonic Huelgas Ensemble

Concert 5

Vendredi 17 novembre, Église Saint-François, 20h

 

Paul Van Nevel, direction
Huelgas Ensemble

 

 
Chanteurs solistes & musiciens :

  • Axelle Bernage, Jessica Jans, superius
  • Michaela Riener, Helen Cassano, mezzo
  • Achim Schulz, Bernd Oliver Froehlich
    Adriaan De Koster, Matthew Vine
    , ténor
  • Guillaume Olry, Joel Frederiksen, basse
  • Jérôme van Waerbeke, violon
  • Lies Wyers, viole de gambe
  • Bart Coen, Silke Jacobsen, flûte à bec 4′ & 8′
  • Peter De Clercq, flûte à bec 8′

 

 

« L’univers musical de Martin Luther »
Œuvres à partir du 15ème siècle jusqu’à la période de Bach

 
Johann Walter (1496-1570), compositeur privé de Luther :

  • Vive Luthere vive Melanthon / Beati immaculati, à 7
  • Verley uns Friden, à 4
  • Veni sancte spiritus, à 6

Ludwig Senfl (1490-1543), un ami intime de Luther :

  • Mollis inertia, Ode classique sur un texte de Horace, à 4
  • Non usitata, Ode classique sur un texte de Horace, à 4
  • Ach Elslein, liebes Elselein / Es taget vor dem Walde, à 4
  • Sanctus & Agnus Dei de la messe « Nisi Dominus », à 4

Le legs de Luther :

  • Michael Praetorius (ca 1571-1621) : Christe der du bist Tag und Licht, à 4
  • Johann Sebastian Bach (1685-1750) : O wir armen Sünder, à 4

_______________

Luther à l’étranger : Les Huguenots

  • Claude Goudimel (ca 1515-1572) : Dieu nous soit doux (Psaume LXVII), à 4
  • Jacques Mauduit (1557-1627) : Pardon et justice (Psaume CL), à 4
  • Paschal de l’Estocart (ca 1539-1587) : Peccantem me quotidie, à 4
  • Guillaume Costeley (ca 1530-1606) : Noblesse gist au coeur de vertueux, à 4

Le prince des protestants : Claude Le Jeune (ca 1530-1600) :

  • Povre cœur entourné, à 5
  • Cigne je suis de candeur, à 3 & 5
  • Arreste un peu mon coeur, à 8

 

 
Téléchargez le texte des paroles ici

 

 
Depuis toujours, Paul Van Nevel et l’Ensemble Huelgas étaient espérés au Festival Bach de Lausanne. Les voici enfin! Pionnier et figure de proue de l’exploration ainsi que de l’interprétation de la polyphonie européenne du 12e au 16e siècle, Paul Van Nevel effectue une approche interdisciplinaire en partant des sources originales tout en tenant compte du contexte culturel de l’époque: littérature, prononciation restituée, tempérament, tempo, rhétorique, etc. Et c’est en 1971 qu’il fonde son célèbre ensemble. Ces remarquables interprètes nous offrent un programme faste, en lien avec le 500ème anniversaire de la Réforme. Luther, mélomane et musicien accompli (il a signé de nombreuses mélodies de chorals), devait, contrairement à Calvin, réserver à la musique une place de choix dans la nouvelle liturgie. Ici, nous découvrons les deux visages, allemand, français, d’un moine délicieusement savant.

 

 

 

 

 

 

 
© images |Huelgas Ensemble : Luk Van Eeckhout, Melle Meivogel, DG Art Projects Warsaw/Philharmonic; Paul Van Nevel : Melle Meivogel; Michaela Riener : media-weavers, Alidoor Dellafaille; Peter De Clercq, Bernd Oliver Fröhlich, Axelle Bernage, Matthew Vine, Guillaume Olry, Lies Wyers : Luk Van Eeckhout

 

 
L’univers musical de Martin Luther

A l’occasion de l’année Luther, le Huelgas Ensemble a créé un programme présentant l’influence que la grande Réforme a pu avoir sur la vie musicale. L’accent est mis tout d’abord sur l’Allemagne et par la suite, dans toute l’Europe.

On ne pourra jamais assez mesurer à sa juste valeur l’élan que Luther, lui-même musicien, a donné aux arts en général et à la musique en particulier. Cette dernière a pris un rôle capital dans la Réforme sur les plans théologique et pédagogique, ce que nous confirment de nombreuses déclarations et correspondances de Luther.
Ainsi, il écrit à son ami Johann Walter: « Si je n’étais pas théologien, j’aimerais être musicien. »

Et en 1530, on peut lire dans une lettre à Ludwig Senfl : « Et j’estime sans détour ni honte qu’il n’y a aucun art après la théologie qui peut être comparé à la musique […] Par conséquent, seule la musique a pu aussi bien servir les Prophètes. Ils n’ont d’ailleurs articulé leur théologie ni dans la géométrie, ni dans l’arithmétique, ni dans l’astronomie, mais dans la musique . Ainsi, la théologie et la musique restent étroitement liées et la vérité proclamée dans les psaumes et les chansons. […] Mon amour pour la musique, qui souvent me soulage et me libère des grosses peines de mon âme, est énorme et explosif. »

Ces courriers révèlent la relation étroite entre Luther et la musique ainsi que les échanges réguliers qu’il entretenait avec des musiciens de son époque. Luther, grand admirateur de Josquin Desprez, correspondait constamment avec plusieurs compositeurs et éditeurs, composait lui-même des chants spirituels et des chorals qui ont inspiré nombre de lignes polyphoniques de ses contemporains (et  grande quantité de compositeurs des générations suivantes). En résumé, Luther se trouvait au centre d’un monde musical extrêmement créatif et productif.

Le programme, riche et varié, est consacré au monde de la musique protestante sous tous ses aspects. Psaumes allemands, hymnes en latin, odes classiques, chansons allemandes figurent aux côtés d’extraits de musique française huguenote. On y trouve notamment des pièces de Johann Walter (1496-1570), Ludwig Senfl (1490-1543), Michael Praetorius (1571-1621), Johann Sebastian Bach (1685-1750), Claude Goudimel (ca.1515-1572), Jacques Mauduit (1557-1627), Paschal de l’Estocart (ca.1539-après 1587), Guillaume Costeley (ca.1530-1606) et Claude Le Jeune (1528-1600).

 

Paul Van Nevel