Festival BACH de lausanne
Baroque Academy
Concert-7-copyrigt-Leutenegger--Muster Kei Koito

Concert 7

Jeudi 22 novembre, Eglise St-François, 20h

Kei Koito, récital d’orgue

« La musique de danse à l’orgue »

 

J.S. Bach (1685 – 1750)
Fantasia (loure) & Fuga (bourrée) en do, BWV 537
Schmücke dich, O liebe Seele (sarabande), BWV 654

J.C.F. Fischer (ca 1665 – ca 1746)
Ricercar pro Festis Pentecostalibus
Chaconne en Fa
(Ariadne Musica & Musicalisches Parnaßus)

J. Pachelbel (1653 – 1706)
Ciacona en ré

J.S. Bach
Allein Gott in der Höh sei Ehr, BWV 663
Praeludium (gigue) & Fuga en Do, BWV 547
___________________________

J. Pachelbel
Ciacona en fa

J.S. Bach
Allegro (chaconne) en Sol, BWV 571
Fugue (gigue) en Sol, BWV 577
Adagio (sarabande) en Mi bémol, BWV 1017
Passacaglia en do, BWV 582

 

 

Austère, le roi des instruments ? Tout le contraire sous les doigts de Kei Koito. Aux côtés de chefs-d’œuvre sacrés et profanes de Bach – traduisant la joie de la Trinité - tous explorant la danse sous de multiples formes, ce programme en deux parties, «Mors» et «Vita», propose deux autres compositeurs de génie. Fischer, Maître de chapelle du margrave francophile de Baden-Baden, dont les œuvres étaient populaires à la cour de Versailles, et qui passe pour être un des meilleurs compositeurs de son temps. Il pourrait bien avoir influencé Bach, qui l’admirait: sa sarabande chaconnisée en Fa majeur est une pure merveille. Et Pachelbel, représenté ici par deux chaconnes qui comptent parmi ses plus belles pages. Plus que des pièces d’orgue, ce sont de véritables bijoux de musique de chambre dans le style italien. Celle en fa mineur est comparable à la Passacaglia de Biber pour violon seul.